Politique

Jean-Frédéric Poisson critiqué pour son erreur sur les « lobbies sionistes »

Benoit
Rédigé par Benoit

Pour avoir prononcé des propos sur les lobbies sionistes américains, Jean-Frédéric Poisson a été critiqué et s’est d’ailleurs excusé.

Candidat à la primaire de droite et du centre, Jean-Frédéric Poisson s’était fait connaitre au public lors du premier débat comptant pour la primaire de droite.

Dans le journal de Nice Matin Jean-Frédéric Poisson avait affirmé que le fait qu’Hillary Clinton soit proche des milieux financiers de Wall Street et qu’elle obéisse aux lobbies sionistes était un danger pour l’Europe et la France ».

Des propos qui avaient fait sortir certains politiques de leur silence comme Thierry Solère, député LR des Hauts-de-Seine et président de la Commission d’organisation de la primaire qui avait critiqué ce discours. « Le fait de prononcer le mot lobbies sionistes » évoque le complot et peut être interprété comme étant antisémite », a-t-il expliqué à l’AFP.

Il a été suivi la même journée par le Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France) qui a appelé via un communiqué « la Haute Autorité de la primaire de la droite et du centre à condamner fermement de tels propos ».

En prononçant de tels discours, Jean-Frédéric Poisson « sors ne respecte pas les règles de la primaire et rejoint certaines personnalités comme Alain Soral ou Dieudonné, avec lesquels, il partage la même opinion », indiquait le président du Crif, Francis Kalifat.

Mais Jean-Frédéric Poisson, alors président du PCD s’est défendu en déclarant que son discours n’avait aucun caractère « malin ». « Ils ont réussi à créer la colère du Crif, ce que je regrette, car ce n’était pas vraiment mon dessein et je réitère ici toute l’amitié que je manifeste à l’Etat d’Israël et au peuple israélien » regrettait-il.

Au sein de la droite, cette justification n’a pas suffi à convaincre et jeudi soir, l’unique femme candidate à la primaire de droite, Nathalie Kosciusko-Morizet a réagi sur Twitter en promettant de saisir vendredi la Haute Autorité de la primaire.

Et vendredi dans la matinée, c’est Christian Estrosi qui a demandé à Jean-Frédéric Poisson de reconsidérer ces mots. « Je pense que si M. Poisson venait à déclarer qu’il s’est trompé, qu’il regrette ses propos, qu’il se condamne, alors je ne crois pas qu’il puisse encore participer à la primaire « , indiquait l’ex maire de Nice.

« Cette façon de me traiter est insultante dans le fonds » a lancé Jean-Frédéric Poisson sur France Info vendredi. Et au final, Jean-Frédéric Poisson s’est excusé à travers une lettre adressée au Crif.

A propos de l'auteur

Benoit

Benoit

Passionné d'économie et de sports. Propriétaire de mon43.fr