Politique

Hollande veut donner des explications aux français pour défendre son bilan

Benoit
Rédigé par Benoit

Le Président de la République ne fait que dévoiler ses confidences et présente progressivement les indices qui pourraient laisser croire qu’il sera candidat à la présidentielle de 2017.

Alors qu’il laisse toujours planer le doute sur sa possible candidature à la présidentielle de 2017, François Hollande vient de dévoiler les premiers indices à travers ses échanges avec les journalistes paru dans un livre « Un président ne devrait pas dire ça » une livre à paraitre aux édition Stocks écrit par Gérard Davet et Fabrice Lhomme. Mais on peut encore voir cela dans l’Obs où le chef de l’Etat déclare être «prêt» à faire le bilan de son mandat et à faire face à ceux qui sont déçus de son bilan.

« Je suis le chef de l’Etat, c’est à moi de m’expliquer face aux français, ils attendent de moi de la cohérence et des résultats » explique le possible candidat à la présidentielle de 2017. « Comme on se rapproche progressivement de la présidentielle, ils pourront faire une comparaison de mes actions mais ce que j’avais promis de faire, bien que je sois prêt à faire un bilan de mes 60 engagements. Ils pourront faire une comparaison de ce que j’ai fais dans une situation que tout le monde connait avec les propositions faite par les autres candidats à la présidentielle », explique le président.

« Quand j’ai changé de fonctions, mes idées n’ont pas été différentes. Je suis de gauche. J’ai effectué une politique de gauche » déclare François Hollande dans l’Obs pour répondre aux électeurs déçus. «Une politique de gauche, consiste en la réduction des inégalités fiscales. Une politique de gauche, ça concerne aussi des avancées sociales. Et elles ont été menées!», ajoute-t-il.

Il a aussi parlé des postes créés dans l’éducation nationale, la loi El Khomri, il ya aussi les accords de la COP21. «Je suis d’accord avec l’agacement. Je suis d’accord avec l’intolérance. Mais je ne suis pas d’accord avec les déclarations impromptues car c’est une grandeur pour la gauche de gouverner par rapport à une droite et une extrême droite en procès », réprimande le chef de l’État. D’autre part le chef de l’Etat assume ses erreurs. Les autres extraits sont à voir dans l’Obs.

A propos de l'auteur

Benoit

Benoit

Passionné d'économie et de sports. Propriétaire de mon43.fr